Fiche Projet RDI

Retour à la page d'accueil

Macrop-Inv

Les relations macro-invertébrés et macrophytes invasifs

« De nombreux macrophytes invasifs ont fortement envahi les annexes hydrauliques de la Loire, mais quelles sont les communautés de macro-invertébrés associées et les conditions physicochimiques au sein de ces herbiers ? » - Nina RICHARD

Intitulé Evolution interannuelle des communautés de macro-invertébrés au sein d’herbiers de macrophytes invasifs sur un site de référence de Loire moyenne (Macrop-Inv)
Nature du projet Projet de recherche
Etat d'avancement Réalisé
Période Réalisation 2009-2010
Montant total 78 811 €
Localisation Loire moyenne - Vernou-sur-Brenne et Noizay (37)
Au sein des annexes hydrauliques de Loire moyenne, les communautés d’invertébrés aquatiques et leurs relations avec les macrophytes ont été peu étudiées. Ces annexes sont de plus en plus colonisées par des macrophytes invasives notamment les jussies. Cette étude vise donc à décrire, comparer et suivre l’évolution au cours d’une saison végétative et entre plusieurs années, des communautés d’invertébrés présents dans les herbiers de macrophytes.

Le projet « Macrop-Inv » a permis dans un premier temps de quantifier l’évolution interannuelle (3 ans) et au cours de la saison végétative des communautés d’invertébrés aquatiques au sein des herbiers de Ludwigia peploides et d’Elodea nuttallii. D’autre part, nous avons quantifié les conditions physico-chimiques au sein d’herbiers mixtes à Ludwigia peploides et Elodea nuttallii, en période de déconnexion de l’annexe hydraulique, en relation avec celles présentes dans une zone exempte de macrophytes invasifs. Celles-ci sont légèrement différentes sous les herbiers denses de macrophytes, l’impact indirect des macrophytes invasifs sur les peuplements de macro­invertébrés a ainsi pu être évalué.

Notre projet présente un intérêt pour les gestionnaires des espaces ligériens tels que les annexes hydrauliques puisqu’il s’inscrit dans un contexte actuel de gestion et de lutte contre la prolifération de certains macrophytes invasifs tels que les jussies. Nous montrons que malgré la présence d’herbiers très denses de ces macrophytes au sein d’une annexe hydraulique de la Loire, une forte biodiversité en terme de macrofaune benthique est notée malgré des conditions physico-chimiques parfois très particulières, de longues périodes d’hypoxie sont en effet régulièrement constatées.

Le site d’étude est une annexe hydraulique de Loire moyenne « Chapeau Bas », située sur les communes de Vernou-sur-Brenne et Noizay (37).
Chercheur(s)
RICHARD Nina nina.richard@univ-tours.fr
Porteur(s)
Université François Rabelais de Tours Tours
Equipe(s) et partenaire(s)
Université François Rabelais de Tours, CITERES UMR 6173
Université François Rabelais de Tours Tours
Financeur(s)
Feder
Région Centre
Université François Rabelais de Tours Tours
Loire Loire moyenne